12/07/2017 -

Conseil spécialisé céréales du 12 juillet 2017

Ordre du jour chargé pour le conseil spécialisé de la filière céréalière qui s'est réuni le 12 juillet 2017 sous la présidence de Rémi Haquin : enjeux du Brexit pour la filière, transparence des marchés mondiaux des grains , enquête sur les variétés de céréales semées pour la récolte 2017, bilan provisoire de la campagne commerciale française 2016/17, dématérialisation des états statistiques mensuels transmis par les organismes collecteurs et canal Seine-Nord...

Enjeux du Brexit pour la filière céréalière française

 L’Union européenne est le principal partenaire commercial du Royaume-Uni à l’exportation comme à l’importation. Le Royaume-Uni importe principalement du maïs et du blé meunier en quantités variables. Il exporte du blé fourrager et de l’orge.Ce pays constitue le 6e débouché européen pour les céréales françaises, loin derrière le Benelux et l’Espagne. Le solde de la balance commerciale des échanges avec le Royaume-Uni est très largement positif pour la France ...

Le maintien des flux d’échanges et les accords commerciaux constitueront donc un volet important des négociations à venir. L’Union devra se prémunir face au risque de voir des produits en provenance de pays tiers rentrer sur son territoire via le Royaume-Uni. La Commission européenne entend aussi veiller à ce que le Royaume-Uni parte avec sa part des engagements internationaux. Une vigilance particulière devra être observée concernant la répartition des contingents négociés dans le cadre de l’Organisation Mondiale du Commerce ou en dehors...

AMIS et MED-Amin, deux initiatives pour la transparence des marchés mondiaux des grains

Le Ministère de l‘Agriculture et de l’Alimentation a présenté les travaux conduits par les réseaux AMIS (Agricultural Market Information System) et MED-Amin (MEDiterranean Agricultural Market Information Network).

Lancé en 2011 par la réunion des ministres de l’agriculture du G20, suite à la flambée des prix de certaines matières premières en 2007-2008 et aux émeutes de la faim, AMIS a constitué au fil du temps deux bases de données. La première permet d’établir des bilans mondiaux pour les matières premières alimentaires stratégiques au niveau mondial (blé, maïs, riz, soja), la seconde rassemble des informations sur les politiques pouvant influer sur le marché. Ces données sont accessibles sur le site internet d’ AMIS et sont valorisées au travers du rapport mensuel Market Monitor AMIS .

MED-Amin, créé en 2014 sur le modèle d'AMIS  est un réseau d'informations des marchés agricoles méditerranéens qui publie désormais des rapports semestriels sur l’avancée des semis et des récoltes dans les pays du pourtour méditerranéen ainsi que des newsletters bimestrielles, disponibles sur son site internet :  http://www.med-amin.org/fr/ .

Enquête de FranceAgriMer sur les variétés de céréales semées pour la récolte 2017

Le mouvement amorcé il y a trois ans se confirme en 2017. La part des blés panifiables progresse encore. Elle occupe désormais 96 % des surfaces de blé tendre semées par les céréaliers pour la récolte 2017. La part des blés de qualité supérieure augmente à 68 %, celle des blés panifiables courants reste stable à 28 %. L’enquête menée par FranceAgriMer auprès de plus de 45 000 producteurs révèle également une tendance à la diversification variétale en blé tendre. À l’inverse, deux variétés seulement occupent les deux-tiers de la surface semée en blé dur. En orge, trois variétés couvrent la moitié des surfaces semées... 

Bilan provisoire de la campagne commerciale française 2016/17

S’il est encore trop tôt pour tirer le bilan définitif de la campagne commerciale 2016/17, le conseil spécialisé de la filière céréalière a acté quelques modifications apportées aux bilans prévisionnels du mois dernier. Concernant le blé tendre, les ventes sur l’Union européenne sont revues à la hausse à 6,1 millions de tonnes, en raison de ventes plus dynamiques que prévu vers la Belgique et l’Espagne. Néanmoins, le stock de report s’alourdit légèrement à près de 2,8 Mt sous l’effet d’une augmentation des estimations de collecte en région (+ 0,3 Mt). En orge, le stock de fin de campagne disponible sur le marché devrait finalement dépasser 1 Mt, en raison d’une légère revalorisation de la collecte, pas totalement compensée par l’ajustement à la hausse des ventes vers l’Union européenne à plus de 2,8 Mt. Ce stock de report reste toutefois modeste, grâce à la bonne performance des orges françaises à l’export, notamment vers l’Arabie saoudite, en l’absence de l’origine australienne qui s’est orientée vers l’Asie...

Dématérialisation des états statistiques mensuels transmis par les organismes collecteurs

Le conseil spécialisé a accueilli favorablement le projet de décision de la directrice générale de FranceAgriMer concernant la dématérialisation des états statistiques mensuels transmis par les organismes collecteurs et les transformateurs sur les flux, les stocks et les grandes utilisations des grains collectés. À compter du 1er août 2017, tous les collecteurs et transformateurs de grains devront effectuer leurs déclarations mensuelles sous forme dématérialisée dans l’application VISIOGrains. Ce site sécurisé est accessible via le portail commun d’accès aux e-services de FranceAgriMer, après inscription préalable : https://portailweb.franceagrimer.fr/portail/. Cette mesure permettra d’améliorer la fiabilité et la rapidité de la transmission des données nécessaires au suivi des marchés.

Canal Seine-Nord : respecter le calendrier

Le comité régional des céréales des Hauts de France a rappelé, via le conseil spécialisé de FranceAgriMer, son attachement au respect du calendrier de mise en œuvre du projet de Canal Seine-Nord, investissement structurant pour la Région mais aussi tout le Nord de l’Union européenne qui importe des volumes importants de céréales françaises. Cet investissement, cofinancé par l’Union européenne à hauteur de 1,7 milliard d’euros, permettra aux céréaliers d’utiliser la voie fluviale, mode de transport plus propre et moins polluant, dans la droite ligne de l’accord  de Paris sur le climat et de la convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques.

Pour en savoir plus, consulter ci-dessous l'intégralité du communiqué de presse ci-dessous ainsi que les documents diffusés au conseil spécialisé du 12 juillet 2017.