filières

FERMER

Les principes de navigation

La navigation dans le site de FranceAgriMer se fait principalement par filières (A), auxquelles une couleur spécifique a été attribuée, et par thématique (B).
L'accès aux documents se fait généralement grâce à des moteurs de recherche.

> Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Accueil > Grandes cultures > Oléo-protéagineux > La filière en bref > L’action de FranceAgriMer

L’action de FranceAgriMer

Le soutien de FranceAgriMer aux filières des oléagineux, protéagineux, fourrages séchés et plantes textiles porte principalement sur la recherche et l’expérimentation.

Actions engagées

Un soutien fort à la recherche et l’expérimentation

Afin de développer ses productions et de répondre aux enjeux de demain, le Conseil spécialisé oléo-protéagineux a choisi d’orienter les aides à l’expérimentation de FranceAgriMer en priorité vers le pois protéagineux, la féverole, le lin textile et la luzerne déshydratée. Il axe ses travaux de recherche sur trois grands thèmes :

  • Accroître pour les agriculteurs l’attractivité des cultures de protéagineux, fourrages séchés et cultures textiles (maitrise des rendements, amélioration de la qualité sanitaire et technologique, identification freins des producteur) ;
  • Développer des pratiques et des filières économiquement et écologiquement performantes (optimisation des intrants, innovations agronomiques, valoriser l’association et la rotation des cultures, maitrise des bio-agresseurs…) ;
  • Développer les débouchés existants et trouver de nouvelles valorisations (adaptation des produits aux marchés).

En matière de protéagineux, les recherches portent ainsi sur les parasites des pois protéagineux et des féveroles (respectivement le champignon Aphanomyces et la bruche), la sélection variétale et l’évaluation des variétés de pois et de féveroles en matière de résistance aux maladies et de résistance au froid.

Concernant la luzerne déshydratée, FranceAgriMer a financé des essais comparatifs sur la production de méthane par la luzerne et par les autres graminées. L’établissement a également soutenu des travaux sur l’optimisation du désherbage mécanique et chimique de la luzerne. 

La filière lin a, quant à elle, bénéficié de trois programmes d’expérimentation soutenus par FranceAgriMer à hauteur de 100 000 euros. Un programme sur l’identification des facteurs de résistance du lin à Verticillium dahliae, une maladie qui touche toutes les régions de culture. Un autre sur la réduction des émissions de poussières dans les usines de teillage de lin. Et un dernier programme visant à mettre au point un outil d’aide à la décision destiné aux producteurs de lin pour les aider à prévoir la date de floraison et de maturité des plantes. Cet outil leur permettra de déclencher la récolte au moment opportun.

Le soutien à la filière oléicole

La filière oléicole bénéficie d’un soutien aux organisations d’opérateurs oléicoles via le financement d’un programme de travail portant sur cinq domaines : le suivi et la gestion administrative du marché, l’amélioration de l’incidence environnementale de l’oléiculture, l’amélioration de la qualité de la production, la traçabilité, la certification et la protection de la qualité, et la diffusion d’informations sur les actions menées par les organisations afin d’améliorer la qualité. Le financement de ce programme est pris en charge en partie par les fonds communautaires, le reste étant financé par des fonds nationaux (FranceAgriMer) et par les fonds propres de l’organisation qui met en œuvre le programme.

FranceAgriMer a également appuyé la filière oléicole dans ses efforts de promotion pour développer la notoriété des huiles d’olive du Midi de la France et valoriser la diversité de leurs goûts et de leurs usages. 

Un groupe de travail pour réduire la dépendance protéique de la France

Dans le cadre de la réflexion stratégique sur les perspectives des filières agro-alimentaires à l’horizon 2025 engagées au sein de FranceAgriMer, les Conseils spécialisés « céréales » et « oléo-protéagineux » ont décidé d’établir un plan d’actions commun visant à réduire la dépendance en protéines végétales de la France, dans une démarche alliant la double performance économique et environnementale.  Cette démarche requiert en effet une réflexion conjointe mettant en avant les complémentarités et interactions entre grandes cultures. Différents thèmes sont abordés au sein du groupe de travail : l’identification des besoins de la France en protéines végétales, les résultats d’essais visant à l’augmentation de l’autonomie protéique, les modalités de mise en place de nouvelles filières de productions...

Chiffres clés

Près de 120 000 exploitations agricoles françaises produisent 7 millions de tonnes  d’oléoprotéagineux.
 Les oléagineux (colza et tournesol essentiellement) occupent 2,4 millions d’hectares et les protéagineux 215 000 hectares.
 La production française d’huiles végétales s’élève à 4,5 millions de tonnes.