La dynamique des plantes à parfums

La dynamique des plantes à parfums : réseaux et territoires en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Méditerranée occidentale.

Depuis une dizaine d’années, les matières premières naturelles suscitent autant l’intérêt des fabricants de parfums et de cosmétiques que celui des consommateurs, dans un contexte propice au développement durable. Les plantes à parfum font l’objet de mises en valeur territoriales, interagissant sur les paysages, usant de techniques industrielles autant que de pratiques locales. Autour de ces ressources naturelles, s’agrègent des réseaux d’acteurs dont le rôle est d’assurer la compétitivité des systèmes productifs tout en prenant en compte les nouvelles normes environnementales. Les synergies et les rapports de force qui se nouent entre les acteurs sont au cœur de la dynamique des territoires.

La thèse propose une démarche comparative qui s’appuie sur les concepts de système productif, de milieu innovateur et d’économie culturelle. Elle concerne cinq territoires situés dans les pays de la Méditerranée occidentale : la région française Provence-Alpes-Côte d’Azur, berceau de la parfumerie industrielle ; la côte méditerranéenne de l’Espagne et l’axe Madrid-Murcie ; l’axe Rabat-Fès et la Vallée du Dadès au Maroc ; le Cap Bon en Tunisie ; la Calabre en Italie.

Ces travaux ont été menés en partenariat avec FranceAgriMer (bureaux de Volx, Alpes-de-Haute-Provence, France).

Thèse présentée par Romain Monge pour l’obtention du doctorat de géographie à l’université d’Aix-Marseille en avril 2013.