filières

FERMER

Les principes de navigation

La navigation dans le site de FranceAgriMer se fait principalement par filières (A), auxquelles une couleur spécifique a été attribuée, et par thématique (B).
L'accès aux documents se fait généralement grâce à des moteurs de recherche.

> Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Accueil > Plantes à parfum, aromatiques et médicinales > La filière en bref > La production de plantes à parfum, aromatiques et médicinales

La production de plantes à parfum, aromatiques et médicinales

La filière des plantes à parfum, aromatiques et médicinales comporte une grande variété d’espèces cultivées ou sauvages, qui approvisionnent les secteurs pharmaceutiques, agro-alimentaire, cosmétique, ainsi que la parfumerie.

Les plantes à parfum, aromatiques et médicinales sont souvent des productions traditionnelles et emblématiques des territoires français, à l’instar de la lavande en Provence.

Diversité

150 plantes à parfum, aromatiques et médicinales différentes sont cultivées sur près de 38 000 ha. Les principales cultures, localisées en Provence, sont les productions de lavandin (16 000 ha) et de lavande (3 500 ha). La sauge sclarée couvre environ 1 000 ha et les plantes aromatiques sèches 600 ha.

Une multitude de productions de plantes aromatiques ou médicinales se répartissent ensuite dans différents bassins de production : Maine et Loire (camomille romaine), Auvergne (gentiane), Bourgogne (bourgeons de cassis), etc.

La filière génère 30 000 emplois directs et indirects.

La production de lavandin atteint 1 000 tonnes d’huile essentielle par an. 

À l’heure du développement durable et de la qualité

Une vingtaine d’organisations de producteurs reconnues s’adaptent aux besoins des acheteurs pour commercialiser les plantes sèches, fraiches, congelées, distillées en huiles essentielles ou transformées en extraits, issues de l’agriculture biologique ou conventionnelle.

La production française affiche des labels de qualité (AOC, bio, IGP) et propose son savoir-faire pour se distinguer de la concurrence étrangère, souvent très présente. Des démarches de développement durable, qui associent les différents maillons de la filière depuis les producteurs, les transformateurs jusqu’aux acheteurs, sont actuellement mises en œuvre. Ainsi pour le lavandin, par exemple, l’appellation Censo garantit la traçabilité, du producteur aux metteurs en marché, et la présence d’un produit naturel, éthique et respectueux de l’environnement.

En savoir plus :

La dynamique des plantes à parfums : réseaux et territoires en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Méditerranée occidentale.

Thèse présentée par Romain Monge pour l’obtention du doctorat de géographie à l’université d’Aix-Marseille en avril 2013.

Consulter la thèse