L'action de FranceAgriMer

Depuis 1997, la filière bénéficie d’aides communautaires et nationales mises en place dans le cadre d’un programme européen. Les financements du Fonds européen agricole de garantie (Feaga)  interviennent à hauteur de 50 % de ces crédits qui, affectés à des plans d’actions triennaux, soutiennent notamment la recherche et le développement, ainsi que la formation.
Pour le plan triennal de 2011/13, la France bénéficie d’un budget de 5,5 millions d’euros par an.

Un soutien financier et technique

Les aides se scindent en quatre catégories. Les aides aux exploitations prennent en charge la transhumance des ruches, le développement des exploitations et la reconstitution de cheptel en cas de fortes mortalités. Le deuxième volet des aides apicoles concerne l’aide aux laboratoires d’analyses de miel. Cette aide permet aux apiculteurs de bénéficier de tarifs préférentiels dans des laboratoires privés afin de contrôler la qualité de leur miel (taux de sucre, résidus d’antibiotiques ou de pesticides, miel toutes fleurs ou monofloral…), mais aussi d’équiper ces laboratoires en matériel performant. La troisième catégorie d‘aide concerne les ruchers écoles. Le dernier type d’aide s’adresse aux organisations professionnelles.

FranceAgriMer centralise et instruit les demandes d’aides des collectivités territoriales qui participent à ce programme. En 2010, 506 dossiers ont été traités par l’établissement.

FranceAgriMer, lieu d’échange

FranceAgriMer et le ministère organisent les échanges entre les professionnels en réunissant le Comité de pilotage du programme apicole environ trois fois par an, une instance créée en octobre 2010 pour être un lieu de dialogue et de concertation des acteurs de la filière. Cette assemblée est assistée d’un comité d’études scientifique et technique, qui apporte son expertise aux projets de recherche proposés et permet de les prioriser en fonction de leur faisabilité et de leur qualité scientifique.

En 2012, le Comité apicole, qui s’est réuni à cinq reprises, a examiné, amendé et validé le plan de développement durable.
Plusieurs groupes de travail ont été créés afin d’analyser techniquement les thèmes majeurs de ce plan, qui sera mis en oeuvre sur une période triennale. Des objectifs stratégiques pour la filière ont ainsi pu être définis autour des thèmes suivants : l’abeille, les ressources, le service de pollinisation, le rôle de bio-indicateur, l’apiculteur, la filière, les produits de la ruche, les produits de l’élevage et la recherche apicole.
La participation financière de FranceAgriMer s’est élevée, en 2012, à 1 million d’euros.