Marchés

Une consommation sélective

La filière horticole connaît des modes de commercialisation diversifiés (vente directe, grossistes, grande distribution spécialisée ou généraliste).

La consommation des ménages, relativement stable, s’élève à 3,2 milliards d’euros en 2012. Elle privilégie de plus en plus les plantes fleuries et les compositions florales toutes prêtes.

Un déficit structurel

La production française perd des parts de marché au profit des importations. Le déficit de la balance commerciale s'accentue depuis 20 ans. En 2012, il s'élève à 840 millions d’euros. Les produits français couvrent à peine 50 % de la demande nationale. Le poste des fleurs coupées représente à lui seul 35 % des importations, qui proviennent notamment des Pays-Bas et du Kenya. Ce secteur se caractérise par une internationalisation des échanges.