filières

FERMER

Les principes de navigation

La navigation dans le site de FranceAgriMer se fait principalement par filières (A), auxquelles une couleur spécifique a été attribuée, et par thématique (B).
L'accès aux documents se fait généralement grâce à des moteurs de recherche.

> Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Accueil > Viandes > Viandes blanches > La filière en bref > Les marchés des viandes blanches en 2012

Les marchés des viandes blanches en 2012

Crise économique mondiale, variation des prix et modifications des comportements alimentaires influent sur les volumes consommés en France et échangés avec les autres pays.

Consommation en France

La consommation française de viande porcine est restée relativement stable en 2012, avec un léger repli constaté sur les achats de viande fraîche et une augmentation des achats de charcuterie (+ 2 %).

Dans un contexte difficile et compte-tenu de l'augmentation des prix, la volaille est le seul produit boucher qui a vu augmenter sa consommation (+ 2 %), tirée par la viande de dinde. La viande de lapin a, quant à elle, vu sa consommation baisser de 1,2 %.

Les œufs produits sont pour l’essentiel commercialisés sous forme d’œufs coquille, à destination des ménages et de la restauration hors foyer. En 2012, l'offre a accusé un repli et les cours sont restés élevés.

Le foie gras, pour sa part, poursuit sa croissance (+ 3 %) en dépit d’un contexte défavorable. Il reste un aliment festif incontournable pendant les fêtes de fin d’année (70 % des ventes), mais désormais aussi à Pâques. Un ménage sur deux en achète, pour un volume moyen de 290 g/habitant/an.

Commerce extérieur

Bien qu'elles aient progressé en valeur en 2012 (+ 6 %), atteignant 1,4 milliard d'euros, la hausse du prix du porc a fait chuter les exportations de 2 % en volume en 2012, principalement en raison d'une diminution de la demande des pays tiers. Les importations, quant à elles, sont reparties à la hausse, pour un montant total de 1,5 milliard d'euros. La France importe pour l'essentiel des produits de découpe à haute valeur ajoutée (notamment des jambons en provenance d'Espagne).

Pour la volaille, la diminution des exportations vers les pays tiers et l'augmentation des importations intracommunautaires (+ 4,3 % en volume) réduit l'excédent commercial, à 170 millions d'euros pour 2012, alors qu'il était de 1 160 millions d'euros en 2 000.

Le solde des échanges commerciaux d'oeufs et d'ovoproduits s'est fortement dégradé en 2012, avec des importations en hausse respectivement de 95 % et de 68 %.

L’export de foie gras, essentiellement de canard, concerne un quart des 19 000 tonnes produites en France, principalement à destination de l’Espagne et de la Belgique, ainsi que du Japon et de la Suisse. La France importe de Bulgarie et de Hongrie 1 000 tonnes de foie gras d’oie chaque année.

Chiffres-clés

Environ 600 000 tonnes de volailles sont exportées chaque année.
55 % des importations de produits porcins viennent d’Espagne.