Aller à la navigation principale Aller au contenu

La filière Vin

Cultivée sur 1,4 % du territoire national, la vigne tient une place à part dans la production agricole, le vin étant l'un des symboles forts de la gastronomie et de l’art de vivre « à la française ». Chaque année 85 000 exploitations produisent en moyenne 45 millions d’hectolitres de vins, dont 8 millions d’hectolitres de vins aptes à la production de Cognac et d’Armagnac.

Production et acteurs de la filière

Produits sur 3 % des terres arables françaises, soit environ 750 000 ha, les vins sont classés en trois catégories définies par la règlementation européenne dans le cadre de l’Organisation Commune de Marché (OCM) vitivinicole :

  • les vins de France sans indication géographique (VSIG ou « Vin de France » sans IG),
  • les vins de France à indications géographiques protégées (IGP),
  • les vins de France d’appellations d’origine protégée (AOP ou AOC).

Plus de la moitié des surfaces est dédiée aux AOP.

Soumise aux aléas climatiques, la production varie de 40 à 50 Mhl selon les années.

Les producteurs (coopératives ou caves particulières) et les négociants sont les deux principaux acteurs de la filière. Ils s’organisent en interprofessions régionales maillant l’ensemble des bassins viticoles : Alsace, Aquitaine, Bourgogne-Beaujolais-Savoie-Jura, Languedoc-Roussillon, Sud-Ouest, Vallée du Rhône-Provence, etc.

Le premier stade de commercialisation est celui des marchés à la production sur lesquels les acteurs de la filière échangent des vins en vrac ou en bouteilles. Les transactions en vrac font l’objet d’un suivi statistique exhaustif réalisé par FranceAgriMer et par les organisations interprofessionnelles. Compte tenu de la part importante du vrac à ce stade, cet outil constitue un indicateur assez fiable de l’évolution conjoncturelle du marché du vin à la production. En l’absence de suivi statistique spécifique, les transactions réalisées en bouteilles sont moins bien connues.

On observe depuis quelques années une baisse des ventes de VSIG et une tendance à la revalorisation des prix à la production.

Chiffres-clés

750 000 ha de production, soit près de 3 % des terres arables

45 Mhl de vins produits par an

1/3 des vins exportés (plus de 8 Mds€)

17 % du vin mondial est français

La France est le 3e producteur mondial de vins, et le 1er en valeur

250 000 emplois directs

15 % de la valeur de la production agricole française

L’action de FranceAgriMer pour la filière viticole

Le conseil spécialisé de la filière viticole de FranceAgriMer est un lieu de gouvernance important pour l’ensemble du secteur. C’est dans ce cadre que s’organisent la concertation stratégique et le pilotage du programme national de l’organisation commune de marché (OCM) vitivinicole, renouvelé jusqu’en 2020.

Quatre mesures prioritaires sont retenues et mises en œuvre pour ce programme : l’aide à la restructuration et à la reconversion du vignoble, l'investissement dans les entreprises, la promotion dans les pays tiers et la distillation des sous-produits.

L'aide à la restructuration du vignoble est essentielle car elle garantit la pérennité et le renouvellement du vignoble français en donnant aux professionnels les moyens de développer la compétitivité de leurs exploitations et d’adapter leur production aux évolutions du marché. Pour faciliter la gestion du potentiel viticole, FranceAgriMer, en partenariat avec d’autres administrations, a développé Vitiplantation, une application qui permet de déclarer en ligne plantation et restructuration du vignoble.

FranceAgriMer finance des études qui éclairent les décisions stratégiques à mettre en œuvre pour la filière. Il s’agit du suivi de la conjoncture des marchés viticoles, y compris à l’international, avec une veille annuelle réalisée sur la compétitivité de la filière par rapport à ses concurrents, mais aussi de l'observatoire de la viticulture, qui permet de connaître la santé économique des différents types d'exploitations viticoles françaises. D’autres études (comportements des consommateurs, notoriété des vins français à l’étranger, etc.), aident la filière à construire sa stratégie à l’export et à réfléchir collectivement aux actions de promotion à engager en direction des pays tiers.

FranceAgriMer accompagne également la recherche et l’expérimentation réalisées pour la filière, en particulier sur le dépérissement de la vigne.