Aller à la navigation principale Aller au contenu

Conseil spécialisé « Produits de la pêche et Aquaculture » de FranceAgriMer du 4 février 2021

À l’ordre du jour de cette séance : la conjoncture internationale, le bilan 2020 des ventes en halles à marée, la consommation des ménages français en produits aquatiques, le Brexit, la crise sanitaire, le Plan de relance, l’écolabel « Pêche Durable ».
Mots-clés : Actus CS, Poissons, BREXIT, écolabel, pêche et aquaculture, plan de relance, halle à marée, Covid-19, alimentation
Bateau de pêche

Le conseil spécialisé « Produits de la pêche et Aquaculture  » de FranceAgriMer s’est réuni en visio-conférence le 4 février 2021, sous la présidence de Frédéric Toulliou.

Une conjoncture internationale impactée par la crise sanitaire

En début de séance, FranceAgriMer a présenté un point sur la conjoncture internationale, largement marquée par la crise sanitaire et ses effets récessifs, ainsi que par le Brexit.

La plupart des pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, France, Pays-Bas) sont touchés par la fermeture du secteur de la restauration en cette fin d’année 2020. D’après les premières estimations, l’Union européenne, pôle majeur des échanges de produits aquatiques, a vu ses flux extérieurs se réduire de 4 % en 2020.

Bilan 2020 des ventes en halles à marée : baisse en valeur et en volume, avec des situations contrastées selon les façades et les criées

Les volumes mis en vente en halles à marée au cours de l’année 2020 ont régressé de 11 % par rapport à 2019, pour une valeur en baisse de 13 %. A l’exception des petits pélagiques (avec des volumes vendus en hausse de 3 %), les grandes catégories d’espèces sont affectées par cette baisse des ventes : - 15 % pour les poissons fins, - 18 % pour les poissons blancs, - 20 % pour les céphalopodes.

Les tendances sont à la baisse sur l’ensemble des façades tant en volume (- 9 % en Atlantique, - 11 % en Manche, - 12 % en Bretagne Sud, en Méditerranée et en façade Nord), qu’en valeur (- 9 % en Atlantique, - 11 % en Méditerranée, - 14 % en Manche et en Bretagne Sud, - 18 % en façade Nord).

La situation est plus contrastée concernant les prix moyens, avec une baisse de 3 % en Manche et en Bretagne Sud, de 6 % en Hauts-de-France, une stabilité pour la façade Atlantique et une hausse de 2 % en Méditerranée.

Parmi les criées qui accusent un recul de leurs débarquements supérieur ou égal à 10 %, figurent des places de marché françaises majeures : Boulogne ou La Turballe (- 12 %), Les Sables d’Olonne (- 14 %), Le Guilvinec (- 15 %) ou Lorient (- 18 %).

Consommation des Français en produits aquatiques frais (à 11 mois 2020) : des mesures de confinement qui ont fermé les débouchés en restauration, mais une consommation des ménages en produits aquatiques frais globalement stable

Sur les onze premiers mois de 2020, les achats des ménages français en  produits aquatiques frais sont en léger recul en volume (- 0,3 %), tout en poursuivant leur hausse en valeur (+ 3 %).

Les poissons frais pré-emballés ont été les principaux vecteurs de la consommation (avec + 25 % en volume et en valeur). Le poisson frais connaît une hausse en volume de 2 % et les crustacés de 15 %, à l’inverse des coquillages (- 5 %) et des céphalopodes (- 9 %).

Le saumon reste le plus prisé par les consommateurs français  (+ 25 %), devant le cabillaud (en fort recul de 12 %).

Actualités européennes et nationales : Brexit et crise sanitaire

La direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA) du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a fait le point, en conseil, sur l’actualité, en particulier sur le Brexit et ses différents impacts sur le secteur.

Les principaux sujets qui font l’objet de travaux en cours entre l’administration et les professionnels ont été abordés : les difficultés d’accès aux eaux britanniques et des îles anglo-normandes, les mesures d’accompagnement des professionnels impactés, les discussions sur les Tac et quotas qui seront d’autant plus compliquées qu’un grand nombre de stocks est partagé.

Les membres du conseil spécialisé ont pu exprimer leurs difficultés et le manque de visibilité des acteurs de la filière, face aux impacts cumulés du Brexit et de la crise sanitaire du covid-19.

Le ministère a assuré les représentants des familles professionnelles de la filière de la mise en place de mesures d’accompagnement adaptées et de l’articulation des dispositifs, permettant de prendre en compte tous les effets du Brexit.

Plan de relance : avancement de sa mise en œuvre pour le secteur de la pêche et de l’aquaculture

Le conseil a fait le point sur la mise en œuvre du Plan de relance pour le secteur de la pêche et de l’aquaculture.

Concernant les volets 1 et 2 du plan de relance, les décisions relatives aux appels à projet ont été modifiées et finalisées pour prendre en compte les observations des professionnels du secteur. Avec l’approbation du conseil sur l’ensemble des décisions dont celle permettant la mise en place d’un dispositif « guichet »,  l’ouverture de la plateforme de dépôt des dossiers est prévue mi-février.

Quant au volet 3 sur la promotion des métiers liés aux filières de la pêche et de l’aquaculture, doté d’un budget de 5 millions d’euros, il sera décliné via  une communication grand public au niveau national et des campagnes de communication locales et ciblées au niveau des territoires de la France métropolitaine et des DOM.

Le directeur de la DPMA a invité les organisations professionnelles à se rapprocher de ses services afin de permettre une mise en synergie des projets.

Écolabel « Pêche Durable » et travaux AFNOR en cours

FranceAgriMer a présenté aux membres du conseil un point d’information sur l’écolabel « Pêche Durable », en particulier sur la concertation en cours visant à la modification de certains points (classification des engins de pêche, grille des manquements, températures au débarquement selon les marées et les moments de pêche).

Un large travail sur la normalisation est également mené avec l’AFNOR, au sein de plusieurs commissions : produits transformés, algues et produits à base d’algues notamment, et il a été récemment décidé de réactiver la commission pêche durable pour notamment contribuer aux échanges sur la circularité et les normes de commercialisation des engins de pêche.

 

Pour en savoir plus, les dernières données économiques sur la filière « Pêche et Aquaculture » sont consultables ci-dessous.

Documents associés

Note de conjoncture mensuelle « Impact du Covid-19 » sur la filière pêche - décembre 2020 | 20/01/2021

La situation mensuelle des débarquements et des ventes en décembre pour la pêche maritime en France.
NCO-NOT-ME...pdf 177 Ko

Baromètre d'image des produits aquatiques - vague 2 2019 | 30/01/2020

Le baromètre d'image synthétisé sur la perception des ménages français au sujet des produits aquatiques.
Synthèse F...pdf 387 Ko