Aller à la navigation principale Aller au contenu

Conseil spécialisé « Grandes cultures-marchés céréaliers » du 12 janvier 2022

Le conseil spécialisé « grandes cultures-marchés céréaliers » de FranceAgriMer s’est réuni le 12 janvier 2022, sous la présidence de Franck Sander. Au programme : situation des marchés céréaliers, évolution des prix et nouvelles prévisions de commercialisation des céréales françaises en 2021/22. Le conseil s’est également penché sur la situation des filières animales, fortement impactées par la hausse des coûts de production et propose d’engager, avec l’appui de FranceAgriMer, une réflexion commune avec les filières de l’élevage sur les enjeux de demain, notamment les évolutions des productions animales et leurs impacts sur le besoin en céréales et protéines.
Mots-clés : céréales, blé tendre, blé dur, maïs, orges, prévisions, consommation, exportations, alimentation animale, stocks, prix
silos de céréales

Prévisions de commercialisation des céréales françaises en 2021/22

Blé tendre : nouvelle révision à la baisse des prévisions d’exportations

  • Les prévisions d’utilisation de blé tendre sur le marché français sont révisées à la hausse à près de 15 Mt (+ 120 000 tonnes par rapport aux prévisions de décembre),  principalement à destination de la nutrition animale qui pourrait absorber 4,7 Mt de blé (+ 50 000 tonnes par rapport à décembre), en raison du regain de compétitivité de cette céréale par rapport au maïs dans les formulations.
  • Les prévisions dexportations vers les pays tiers sont en revanche révisées à la baisse à 9 Mt (- 0,2 Mt  par rapport aux prévisions de décembre), dans un contexte de net ralentissement des ventes vers l’Algérie (moins de 1,2 Mt embarquées vers cette destination au 31 décembre 2021). FranceAgriMer note toutefois un courant d’affaires favorable avec le Maroc, la Chine, le Royaume-Uni, voire l’Egypte en seconde partie de campagne, avec un premier achat de blé français par le GASC de 60 000 tonnes le 29 décembre dernier.
  • Les prévisions de ventes vers l’Union européenne sont également révisées à 7,7 Mt (- 75 000 tonnes) en raison de l’ajustement de prévisions sur plusieurs destinations (Allemagne, Portugal et Italie principalement).
  • Au total, le stock de blé s’alourdirait à plus de 3,6 Mt en fin de campagne.

Maïs grain, orges et blé dur : peu de changement par rapport au mois dernier

  • Les prévisions d’utilisations de maïs sur le marché national restent inchangées par rapport au mois dernier à près de 6,8 Mt, en dépit de moindres prévisions pour la fabrication d’aliments du bétail compensées par l’amidonnerie. Les prévisions de ventes vers l’Union européenne sont ajustées en très légère hausse à 4,9 Mt (+ 25 000 tonnes). Les prévisions d’exportations vers les pays tiers, notamment le Royaume-Uni, sont maintenues à près de 0,6 Mt. Au total, le stock de fin de campagne resterait inférieur à 1,9 Mt.
  • Concernant l’orge, peu de changements sont à noter par rapport au mois dernier, hormis un très léger ajustement à la baisse des prévisions de ventes de grains vers l’Union européenne à moins de 2,8 Mt (- 20 000 tonnes). Les prévisions d’exportation vers pays tiers sont maintenues à 3,2 Mt. Au total, le stock reste inchangé et s’élèverait à 1,4 Mt en fin de campagne.
  • Concernant le blé dur, les prévisions de ventes vers l’Union européenne sont portées à  0,9 Mt (+ 50 000 tonnes) face à la demande de l’Italie qui peine à s’approvisionner sur le marché canadien. Les prévisions de ventes vers les pays tiers sont minorées d’autant. Le stock de fin de campagne reste évalué autour de 160 000 tonnes.

La détente des cours du blé se poursuit sur Euronext

Après avoir atteint des sommets le 23 novembre dernier à 311,50 €/t, le cours du blé meunier s’est détendu depuis et cotait 275,5 €/t le 10 janvier dernier sur Euronext. Il reste néanmoins élevé (+ 56 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années), en raison de la demande mondiale, soutenue par les incertitudes sanitaires.

Le cours du maïs, s’est stabilisé le mois dernier entre 240 et 250 €/t. À 243 €/tonne en rapproché le 10 janvier, le cours du maïs dépasse néanmoins de 20 % le prix de l’an passé à la même époque et de 45 % la moyenne quinquennale.

Au niveau mondial, les cours de l’orge restent élevés mais se sont un peu tassés au cours des dernières semaines en raison du ralentissement de l’activité commerciale en fin d’année.

L’alimentation animale : une réflexion commune avec les filières de l’élevage sur les enjeux de demain

Le conseil spécialisé s’est également penché sur la situation des filières animales, dont les coûts de production sont fortement impactés par la hausse des prix des matières premières pour l’alimentation animale.

INAPORC a notamment apporté son éclairage sur la situation actuelle des éleveurs de porcs français, qui subissent une baisse de revenu substantielle, dans un contexte européen de baisse des cours du porc sur un marché engorgé, alors que leurs coûts de production ne cessent d’augmenter. À la différence de la filière avicole fortement intégrée, la filière porcine contractualise peu avec ses fournisseurs d’aliments.

La filière céréalière propose d’engager, avec l’appui de FranceAgriMer, une réflexion commune avec les filières de l’élevage sur les enjeux de demain, notamment les évolutions des productions animales et leurs impacts sur le besoin en céréales et protéines.  .

Pour en savoir plus, consulter ci-dessous les documents débattus au conseil spécialisé « Grandes cultures-marchés céréaliers » du 12 janvier 2022

  • Bilans prévisionnels de décembre pour la campagne commerciale 2021/22
  • Diaporama sur la situation des marchés au niveau mondial, européen et français
  • Panorama des marchés céréaliers (indicateurs de janvier 2022) 

Documents associés

Bilans prévisionnels Blé dur, Blé tendre, Orges et Maïs - Campagne 2020/21 du 12 janvier 2022 | 12/01/2022

Bilans prévisionnels Blé dur, Blé tendre, Orges et Maïs - Campagne 2020/21 du 12 janvier 2022
BIL-CER-C2...pdf 306 Ko

Diaporama Présentation des marchés céréaliers - Monde, Union européenne, France - Janvier 2022 | 12/01/2022

Présentation de la conjoncture des marchés céréaliers au niveau mondial, européen et français pour le conseil spécialisé "Grandes cultures-marchés céréaliers" du 12 janvier 2022.
NCO-DIA-CE...pdf 5 Mo

Indicateurs de suivi des marchés céréaliers - Monde, Union européenne, France - Janvier 2022 | 13/01/2022

Le panorama mensuel des marchés céréaliers au niveau mondial, européen et français retrace les évolutions marquantes intervenues au cours du mois écoulé à travers plusieurs indicateurs. Édition du mois...
NCO-CER-PA...pdf 2 Mo