Aller à la navigation principale Aller au contenu

Points-clés du conseil spécialisé "Grandes cultures-marchés céréaliers" du 13 octobre 2021

Le conseil spécialisé « grandes cultures-marchés céréaliers » de FranceAgriMer s’est réuni le 13 octobre 2021, sous la présidence de Benoît Piètrement. Au programme : conjoncture des marchés céréaliers au niveau national, européen et mondial, nouvelles prévisions de commercialisation des céréales à paille françaises en 2021/22, état d’avancement de la récolte de maïs et des semis d’automne.
Mots-clés : Grandes cultures, céréales, blé tendre, blé dur, orges, maïs, Economie, prévisions, Bilan, collecte, exportations, stocks, prix, Céré'Obs
Epi de maïs

Un contexte mondial qui reste tendu

En dépit de l’amélioration des conditions climatiques attendue dans la plupart des régions productrices et exportatrices du monde (Amérique du Nord, Brésil, Argentine, mer Noire) et de prévisions de récoltes de blé tendre et de maïs supérieures à celles des deux dernières années, le marché international des céréales reste tendu en raison de la demande et des prévisions de consommation mondiale. Les cours mondiaux restent soutenus dans un contexte d‘incertitudes sur les disponibilités exportables, notamment en Russie qui pourrait de nouveau limiter ses exportations de blé dans les prochains mois pour enrayer la hausse des prix sur son marché intérieur.

Les cours du blé meunier et du maïs sont repartis à la hausse depuis la mi-septembre sur Euronext, et affichent des valeurs nettement supérieures à celles observées ces cinq dernières années.  Au 8 octobre 2021, le blé meunier cotait 269,5 €/t sur Euronext, en hausse de 35 % par rapport à l’an dernier à la même date et de 52 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le maïs cotait pour sa part 249 €/t, en hausse de 40 % par rapport à l’an passé et de 44 % par rapport à la moyenne quinquennale.

Les marchés céréaliers sont également fortement impactés par la hausse du coût de l’énergie et les prix du fret maritime, tirés principalement par la demande chinoise en charbon suite à la crise de production d’électricité traversée par ce pays.

Les prix des engrais azotés fabriqués à partir de gaz naturel, aujourd’hui trois fois supérieurs à ceux de l’an dernier devraient fortement impacter les coûts de production agricoles, voire modifier les choix de culture des agriculteurs au printemps 2022, au profit de productions moins gourmandes en azote.

Prévisions de commercialisation des céréales à paille françaises en 2021/22

Blé tendre : révision à la baisse des disponibilités pour le marché

Les disponibilités de blé tendre français pour le marché, intégrant collecte, stock initial et importations, sont révisées à la baisse à 35,3 Mt par FranceAgriMer (-0,6 Mt par rapport aux prévisions de septembre) dans le sillage des nouvelles estimations de récolte du SSP à 35,2 Mt.

Sur le marché français, les prévisions d’utilisation de blé tendre par les fabricants d’aliments du bétail français sont ajustées à la baisse à 5,15 Mt (- 50 000 tonnes par rapport aux prévisions de septembre).

En revanche, les prévisions d’exportations de blé tendre vers l’Union européenne (8 Mt) et les pays tiers (9,6 Mt) sont maintenues par rapport au mois dernier. Sur les trois premiers mois de la campagne commerciale, l’Algérie et l’Afrique sub-saharienne constituent les principales destinations du blé français hors Union européenne, suivies par la Chine et le Royaume-Uni.

Au total le stock s’établirait à moins de 2,4 Mt en fin de campagne, en baisse de 0,5 Mt par rapport à la prévision du mois dernier.

Orges : des disponibilités pour l’exportation moindres qu’initialement prévu

Concernant l’orge, les disponibilités pour le marché sont également révisées à la baisse à 10,6 Mt (- 0,2 Mt par rapport au mois dernier) dans le sillage des nouvelles estimations de récolte du SSP.

Les prévisions d’utilisations sur le marché français sont maintenues à 1,9 Mt ainsi que les ventes vers l’Union européenne à 2,8 Mt, malgré quelques ajustements mineurs.

Les exportations d’orges vers les pays tiers sont désormais prévues à 3,2 Mt (- 100 000 tonnes par rapport au mois dernier). L’essentiel des achats en orges françaises ont été effectués par la Chine au cours des trois premiers mois de la campagne.

Au total, le stock s’établirait à 1,3 Mt en fin de campagne, en léger recul de 50 000 tonnes par rapport au mois dernier.

Blé dur : des prévisions d’exportations révisées à la baisse, dans le sillage des estimations de production

Les disponibilités de blé dur pour le marché sont également ajustées à la baisse à moins de 1,9 Mt (- 40 000 tonnes par rapport au mois dernier), en ligne avec les nouvelles prévisions de récolte du SSP. Si les prévisions d’utilisations sur le marché français et les prévisions de  ventes vers l’Union européenne sont maintenues au même niveau que le mois dernier, les prévisions d’exportations françaises de blé dur vers les pays tiers sont ajustées à la baisse à 0,2 Mt (- 50 000 tonnes par rapport au mois dernier). Le stock de fin de campagne resterait tendu à 110 000 tonnes.

Il est encore trop tôt pour publier un bilan prévisionnel pour le maïs compte-tenu du retard pris par la récolte qui démarre à peine en France.

Céré’Obs : une récolte de maïs tardive mais à haut potentiel de rendement

Au 4 octobre, 7 % de la récolte de maïs était effectuée en France, principalement dans le Sud-Ouest. Une récolte presqu’aussi tardive qu’en 2014 mais qui présente un potentiel de rendement élevé aussi bien pour les maïs irrigués que non irrigués, au vu des conditions de culture, bonnes à très bonnes pour 89 % des surfaces. Si les pluies régulières et la douceur des températures ont été bénéfiques pour cette culture, les taux d’humidité élevés pourraient toutefois induire des coûts de séchage.

Les semis d’hiver ont également démarré, principalement dans le nord-est de la France.

Si 4 % des surfaces de blé d’hiver et 9 % des surfaces d’orges étaient semées à l’échelle nationale à la date du 4 octobre, la Lorraine avait déjà réalisé, pour sa part, 40 % de ses semis de blé et 74 % de ses semis d’orges.

Pour en savoir plus sur l’état d’avancement et les conditions de cultures par région administrative ou zone agronomique, consultez chaque vendredi le rapport Céré’Obs de FranceAgriMer :  https://cereobs.franceagrimer.fr/cereobs-sp/#/publications

Consultez aussi ci-dessous les bilans prévisionnels pour la campagne commerciale 2021/22 ainsi que l’ensemble des documents présentés et diffusés au conseil spécialisé « Grandes cultures-marchés céréaliers » du 13 octobre 2021 

Photo Pixabay-épi de maïs

Documents associés

Bilans prévisionnels Blé dur, Blé tendre, Orges et Maïs - Campagne 2020/21 et 2021/22 du 13 octobre 2021 | 13/10/2021

Bilans prévisionnels Blé dur, Blé tendre, Orges et Maïs - Campagne 2020/21 et 2021/22 du 13 octobre 2021
BIL-CER-C2...pdf 298 Ko

Diaporama Présentation des marchés céréaliers - Monde, Union européenne, France - Octobre 2021 | 13/10/2021

Présentation de la conjoncture des marchés céréaliers au niveau mondial, européen et français pour le conseil spécialisé "Grandes cultures-marchés céréaliers" du 13 octobre 2021.
NCO-DIA-CE...pdf 6 Mo

Indicateurs de suivi des marchés céréaliers - Monde, Union européenne, France - Octobre 2021 | 13/10/2021

Ce panorama mensuel des marchés céréaliers au niveau mondial, européen et français retrace les évolutions marquantes intervenues au cours du mois écoulé à travers plusieurs indicateurs. Édition du mois...
NCO-CER-PA...pdf 2 Mo