Aller à la navigation principale Aller au contenu

Contribution de FranceAgriMer aux Journées de la recherche porcine 2016

FranceAgriMer a participé le 2 février 2016 aux Journées de la recherche porcine. L'établissement a présenté les mutations de l'industrie de l'abattage-découpe dans l'Union européenne et les conséquences pour la filière française, aujourd'hui fragilisée par l'Espagne et les pays d'Europe du Nord. Par ailleurs, la filière porcine française produit moins de valeur ajoutée que ses concurrents européens, lorsqu'elle exporte des viandes porcines en Europe, selon un indicateur élaboré par FranceAgriMer.
Mots-clés : Produits animaux, Porcins, porcs, Economie, commerce extérieur, exportations, stade de production, abattage, Viandes blanches

L’embargo russe sur les viandes européennes a révélé la capacité des industriels européens à surmonter la fermeture d’un marché essentiel à l’équilibre européen. Les industriels allemands, danois et espagnols ont réorienté leur force de vente et adapté leur stratégie produit/pays/prix. Le Danemark a fait le choix du marché européen, l’Espagne et l’Allemagne celui des pays tiers. Dans le même temps, le solde du commerce extérieur de la France s’est dégradé. Les opérateurs français sont attaqués sur leur propre marché par l’Espagne et sur leurs marchés traditionnels d’exportation (Italie, Royaume-Uni). Les ventes françaises ont également reculé sur le Japon et la Corée du Sud. La constitution de grands acteurs européens, plus ou moins récente, fragilise la position de la filière française.

La France dégage moins de valeur ajoutée à l'export que ses concurrents européens

FranceAgriMer a élaboré un indicateur de valeur ajoutée, calculé par différence entre le prix moyen de la viande exportée sur le marché communautaire, et le prix moyen du porc dans différents pays européens. Avec un indicateur de valeur ajoutée de 0,30 €, la France est le pays qui dégage le moins de valeur ajoutée parmi tous ses concurrents européens: l'Allemagne (0,60 €), l'Espagne (0,70 €), les Pays-Bas (0,50 €) et la Pologne (0,35 €). Les opérateurs allemands et espagnols ont en effet massivement modernisé leurs lignes d’abattage et de découpe pour développer une offre de produits de seconde découpe à l'export, à la différence d'autres pays dont la France; .

Pour en savoir plus, consulter la présentation diaporama de FranceAgriMer.

Documents associés

Diaporama de présentation FranceAgriMer - Journées de la recherche porcine 2016 | 02/02/2016

Support graphique de l'intervention de FranceAgriMer aux Journées de la recherche porcine le 2 février 2016 sur les mutations de l’industrie de l’abattage-découpe européenne.
présentati...pdf 306 Ko