Aller à la navigation principale Aller au contenu

La Bioéconomie bleue : des potentiels importants de valorisation

Les points-clefs de la conférence « La Bioéconomie bleue », organisée par FranceAgriMer au SIA le 1er mars 2022.
Mots-clés : SIA, bioéconomie, pêche et aquaculture
banc de poisson

Dans le cadre du salon international de l’agriculture (SIA), FranceAgriMer a organisé une conférence sur le thème de « La Bioéconomie bleue », le 1er mars 2022.

Loïc Monod, chargé de mission Bioéconomie à FranceAgriMer, a présenté les principaux enseignements de l’étude « Evaluation des ressources en biomasse aquatique disponibles en France – coproduits et sous-produits ».

Réalisée sur vingt  mois entre début 2020 et fin 2021 par un groupement composé du cabinet Actéon, Bureau Veritas, Ivamer et Eurêka mer, cette étude vise à mieux connaître l’ensemble des ressources en biomasse dans la filière pêche et aquaculture afin d’alimenter l’Observatoire National des Ressources en Biomasse (ONRB) géré par FranceAgriMer.

Elle s’est intéressée aux principales espèces pêchées, élevées et importées en France métropolitaine. Elle a permis de recenser et quantifier : les divers coproduits générés par les secteurs de la pêche et de l’aquaculture, que ce soient des coproduits de la production (tels que les écarts de tris, mortalités, invendus issus de la vente sous criée) ou des coproduits issus de l’industrie de la transformation (tels les écarts de transformation, têtes, peaux et arêtes, ou encore coquilles de bivalves) ; les différents types de valorisation de la biomasse que ce soit l’alimentation animale, la valorisation énergétique, les valorisations à haute valeur ajoutée notamment sous forme d’ingrédients (exemples : nutraceutique, pharmaceutique, cosmétique), ou la valorisation dans des usages alimentaires.

A retenir notamment : 210 000 tonnes annuelles de coproduits ont été estimées pour l’ensemble de la filière.  La part la plus importante est dirigée vers l’alimentation animale, que ce soit pour l’aquaculture, en petfood ou pour les animaux de rente. Une grande partie des coproduits est réutilisée en alimentation humaine.

Les valorisations matières restent marginales, principalement en amendement minéral. Les espèces dont les coproduits ne sont pas ou que peu valorisés sont principalement les espèces conchylicoles ainsi que les résidus de l’extraction d’algues. Des potentiels importants de valorisation restent à saisir pour les filières moules, huîtres creuses, laminaires, coquilles Saint-Jacques et saumon.

A l’occasion de cette conférence, la société COPALIS Industrie, qui valorise des coproduits issus de poissons a présenté ses actions dans ce domaine.

Pour en savoir plus, retrouvez sur cette page :

Documents associés

Copalis Industrie valorise les coproduits de la mer | 14/03/2022

Diaporama de la société COPALIS Industrie qui valorise les coproduits issus du poisson, présenté à la conférence sur la Bioéconomie bleue organisée par FranceAgriMer le 1er mars 2022 au Salon International...
Présentati...pdf 4 Mo

DOSSIER PARTICIPANT BIOECONOMIE BLEUE SIA 2022 | 30/03/2022

DOSSIER PARTICIPANT Bioéconomie bleue SIA 2022
DOSSIER PA...pdf 157 Ko