Aller à la navigation principale Aller au contenu

Actualité

Affinez votre recherche par :

1992 résultats correspondant à votre recherche.

Thèmes

Date de publication

23janv.
2023

France : des exportations de blé très dynamiques en première partie de campagne

Le conseil spécialisé « Grandes cultures-marchés céréaliers » de FranceAgriMer, réuni le 18 janvier 2023 sous la présidence de Benoît Piètrement, a relevé ses prévisions d’exportations de blé pour la campagne 2022/23, au vu des prix compétitifs de l’origine française et du dynamisme des ventes en 1ère partie de campagne, notamment vers les pays du Maghreb.
Lire la suite
16déc.
2022

Filières viandes blanches : de nouveaux outils pour anticiper et s’adapter

Le conseil spécialisé « viandes blanches » de FranceAgriMer s’est réuni le 8 décembre 2022, sous la présidence de Jean-Michel Schaeffer, dans un contexte économique contrarié par la guerre en Ukraine et les crises sanitaires à répétition. Grâce à la concertation et aux travaux conjoints menés avec les filières végétales et les autres filières animales, de nouveaux outils se mettent en place, avec l’appui de l’État, pour mieux anticiper et construire un avenir durable, face aux défis économiques, environnementaux et sociétaux.
Lire la suite
10nov.
2022

Commerce des céréales : l’incertitude mer Noire persiste

Les incertitudes sur l’évolution du conflit russo-ukrainien et sur l’issue des négociations de reconduction du corridor céréalier en mer Noire continuent de peser sur le commerce international des céréales, en l’absence de visibilité des opérateurs sur les disponibilités réelles pour le marché mondial jusqu’à la fin de la campagne.
En France, les prévisions d’exportations de blé ont été prudemment révisées à la baisse par le conseil spécialisé « Grandes cultures-marchés céréaliers » du 9 novembre 2022, au vu des capacités d’exportation théoriques de la Russie et de l’Ukraine conjuguées au repli des achats chinois. Le conseil spécialisé a également fait le point sur l’essor des céréales biologiques en France, qui permet aujourd’hui de tendre vers l’autosuffisance.
Lire la suite
25oct.
2022

Conseil spécialisé Pêche et Aquaculture : le plan d’accompagnement individuel lié au Brexit est lancé

Le conseil spécialisé « Produits de la pêche et Aquaculture » de FranceAgriMer s’est réuni le 6 octobre 2022, sous la présidence de Frédéric Toulliou. À cette occasion, ont été évoqués le lancement du plan d’accompagnement individuel lié au Brexit, l’adoption du programme national du FEAMPA, la structuration de la filière pêche, les dispositifs du plan de relance, la conjoncture et la consommation des ménages français en produits aquatiques.
Lire la suite
24oct.
2022

Maïs grain : des disponibilités suffisantes pour répondre aux besoins de l’alimentation animale

À l’occasion de son conseil spécialisé « Grandes cultures-marchés céréaliers » du 12 octobre dernier, présidé par Benoît Piètrement, FranceAgriMer a publié ses premières prévisions d’offre et de demande pour le maïs grain dont les disponibilités s’annoncent plus faibles qu’à l’accoutumée en raison de la sécheresse et des chaleurs estivales. Si aucun risque de pénurie n’est à craindre en France par rapport aux besoins, les cours des céréales, notamment du blé et du maïs, restent élevés et semblent de nouveau évoluer à la hausse depuis septembre. Dans un contexte géopolitique mondial encore très incertain, les exportations françaises de blé s’avèrent dynamiques, notamment vers les pays du Maghreb. Enfin, la récolte de blé bio, en forte hausse cette année en France, est de bonne qualité selon les analyses effectuées par FranceAgriMer et Arvalis-Institut du végétal.
Lire la suite
30sept.
2022

La gestion du « risque prix » au cœur des réflexions des filières viandes blanches

Le conseil spécialisé « viandes blanches » de FranceAgriMer s’est réuni le 22 septembre 2022, sous la présidence de Jean-Michel Schaeffer. Les crises sanitaires, économiques et géopolitiques qui se multiplient et se superposent, mettent à mal la compétitivité des filières porcine et avicole françaises, faute de sécurisation suffisante du « risque prix ». Exposées à une volatilité croissante du marché de l’alimentation animale mais aussi de l’énergie, ces filières doivent s’attacher à quantifier ce risque pour mieux le gérer collectivement.
Lire la suite